Le Prix littéraire Rue-Deschambault 2011 remis à Lise Gaboury-Diallo pour son recueil de nouvelles Lointaines

2 mai 2011
Récompenses
Partagez

Lise Gaboury-Diallo est la récipiendaire du Prix littéraire Rue-Deschambault 2011 parrainé par le ministère de la Culture, du Patrimoine et du Tourisme de la province du Manitoba. Le Prix littéraire Rue-Deschambault, géré par la Manitoba Writers’ Guild, a été remis le dimanche 17 avril 2011 lors d’un gala au Centre culturel franco- manitobain.

Publié aux Éditions du Blé, Lise Gaboury-Diallo a reçu ce prestigieux prix de 3 500 $ qui récompense le meilleur livre écrit en français par un auteur manitobain publié en 2009 ou 2010 pour son recueil de nouvelles, Lointaines.

C’est au cœur de l’Afrique de l’Ouest, soit au Sénégal ou au Mali, que se nouent et se dénouent les trames de vie évoquées dans les 15 nouvelles du recueil. Mêlant fiction et vérité, Lointaines se veut une invitation au voyage pour nous amener ailleurs, dans une errance marquée par le dépaysement.

Lise Gaboury-Diallo est une des plus importantes figures de la littérature franco-canadienne de l’Ouest, tant par ses œuvres de création que par ses critiques et analyses littéraires, ainsi que sa participation à divers projets anthologiques et d’envergure historique. Professeure de littérature au Collège universitaire de Saint-Boniface, membre du comité éditorial des Cahiers franco-canadiens de l’Ouest, elle participe à de nombreux colloques universitaires et est régulièrement invitée à des conférences et festivals littéraires. Auteure de six recueils de poésie, Lise Gaboury-Diallo est lauréate du Prix de Poésie de Radio-Canada (2004), du Prix Rue-Deschambault (2009) et finaliste, pour Lointaines, au Prix des lecteurs de Radio-Canada 2011.

Les Éditions du Blé profitent de l’occasion pour féliciter les autres finalistes au Prix littéraire Rue-Deschambault 2011 : Simone Chaput pour son roman La belle ordure (Les Éditions du Blé, 2010), Jean Chicoine pour son roman la forêt du langage (Les Éditions du Blé, 2010) et France Adams et Serge Salvador pour leur ouvrage L’arbre aux cœurs (Éditions des Plaines, 2009).