Genre: Poésie

Pages: 240

Date de parution: 4 août 2010

ISBN (Papier): 9782923673134

ISBN (PDF): 9782923673677

Code: BLE116

Poésies choisies

Partagez

Auteur: Pierre Lardon

Acheter ce livre

Poésies choisies de Pierre Lardon édition préparée et présentée par J.R. Léveillé.

Cette édition des Poésies choisies célèbre le centenaire de la parution du premier livre de poésie de langue française dans l’Ouest canadien, les Poésies de Saint-Boniface de Pierre Lardon, publié par Le Nouvelliste, Arthur Boutal, éditeur, en 1910. Bien que Lardon ne soit pas le premier poète de langue française de l’Ouest canadien, il a la gloire d’avoir publié le premier recueil de langue française dans l’Ouest canadien. C’est une reconnaissance due à celui qui rédigea des milliers de vers et dont la composition poétique l’a suivi tout au long de ses 45 ans de vie au Manitoba. Préparée et présentée par J.R. Léveillé, Poésies choisies de Pierre Lardon comprend une soixantaine de poèmes, dont 8 des 16 poèmes parus dans l’édition de 1910. S’appuyant sur une vaste recherche, J.R. Léveillé, lui-même poète et directeur de l’importante Anthologie de la poésie franco-manitobaine, souligne dans la préface : « Longtemps qualifié uniquement de poète de circonstances, Lardon mérite davantage d’être retenu comme «homme de lettres et poëte de Saint-Boniface», ayant publié le premier recueil de langue française dans l’Ouest canadien, et de figurer ainsi dans le grand patrimoine du pays. » Ce livre de 240 pages de la collection « Blé en poche » comprend aussi une chronologie détaillée de la vie du poète, une liste exhaustive de ses ouvrages et plusieurs photos et illustrations.

Acheter ce livre

Pierre Lardon

Né en 1855 à Lyon, en France, Pierre Lardon émigre au Manitoba en 1896. En 1910, il fait paraître Poésies de Saint-Boniface, le premier recueil de langue française publié dans l’Ouest canadien. Après des études au séminaire de l’Argentière, il débute comme professeur de français à Londres où il enseigne de 1876 à 1889. Il regagne ensuite Lyon avec son épouse et une famille de huit enfants et s’engage dans le commerce. En 1896, à l’âge de 41 ans, il émigre seul au Manitoba où il prend un homestead. Il ne remet jamais les pieds dans son pays d’origine pour lequel il maintient un attachement patriotique marqué. Lardon a des démêlés avec la justice avant d’entreprendre une carrière journalistique. Reconnu comme homme de lettres et poète, il compose des milliers de vers et de nombreux essais qu’il livre en conférences. Il meurt à Saint-Boniface en 1941.