Genre: Roman

Pages: 294

Date de parution: 13 octobre 2018

ISBN (Papier): 9782924378762

ISBN (PDF): 9782924378779

Les derniers dieux

Partagez

Auteur: Simone Chaput

Acheter ce livre

Les derniers dieux est une histoire d’exil, non pas d’un territoire, mais de soi-même. Thierry Sias, qui doit son nom et son histoire au grec Tirésias du mythe d’Ovide, est un écrivain hébergé par son éditeur dans une petite villa au bord de la mer. Au cours d’une promenade dans une forêt avoisinante, il offusque un dieu et devient pendant sept ans Thérèse, tout en demeurant, dans son for intérieur, Thierry. Ce dédoublement dans la vie du héros est le reflet même de ce siècle où tout est mobilité, inconstance et illusion. Les derniers dieux est le neuvième roman de Simone Chaput

Les pages sont ponctuées de la découverte d’un nouveau rapport au corps, aux multiples facettes de la sexualité. C’est d’ailleurs à celle-ci que Thierry révèlera, sur fond de péché originel, les secrets du plaisir charnel qu’il a éprouvé en tant qu’homme et en tant que femme.

--

Extrait 

" Goutant de nouveau le bonheur de la solitude, Thierry se sent bien, oui, si bien dans sa peau, qu’il en vient même à se dire que cette histoire de transformation, cette épineuse question de métamorphose, n’est qu’un mauvais quart d’heure à passer. Il est convaincu que cet épisode fâcheux, ce Thierry devenu Thérèse, ne sera, au bout d’un certain laps de temps, qu’un vague souvenir enfoui dans les brumes du passé. 

Il se verse un dernier verre de vin, s’installe de nouveau au coin du feu. Le coeur quiet, il envisage, avec satisfaction, la succession d’heures calmes qui, malgré le sortilège des dieux, lui sont encore réservées. Habiter le silence, se dit-il, le soupir soulagé, n’appartenir qu’aux images. 

Son contentement d’esprit est si grand qu’il se met presque à ronronner. En dépit de tout, se dit-il, en effleurant du doigt la peau lisse de sa joue, je peux m’estimer heureux. Comme le voisin Barthélémy, avec son art, son renoncement et sa profonde liberté, je suis, moi aussi, chère Danaé, le modèle même de l’homme comblé. 

La pensée à peine formulée, Thierry sent mourir le sourire sur ses lèvres, sent son sang se glacer dans ses veines. Il se redresse dans son fauteuil, les yeux exorbités. Mais tais-toi, donc, imbécile ! s’écrie-t-il, épouvanté. Tu veux encore t’attirer des foudres ? 

Il se recroqueville contre les coussins, se fait tout petit sous le plaid. Les vautours planent, se dit-il, les dieux guettent. Et il n’y a rien qui les provoque tant que le pauvre bonheur humain."

Acheter ce livre

Simone Chaput

Simone Chaput est originaire de Saint-Boniface (Manitoba) où elle a étudié et obtenu son premier diplôme universitaire au Collège universitaire de Saint-Boniface et à l’Université du Manitoba. En 1978, elle termine une maîtrise en littérature à l’Université de Toronto. Elle a fait un stage en littérature/théâtre à l’Université de Londres et a séjourné en France, en Italie et en Grèce. De retour au Manitoba, elle enseigne et commence à écrire. Son premier roman, La Vigne amère, est publié aux Éditions du Blé en 1989 et couronné l'année suivante du prix littéraire La Liberté, renommé depuis le Prix Rue-Deschambault. Son deuxième roman, Un piano dans le noir, également paru aux Éditions du Blé, en 1991, a lui aussi obtenu le prix littéraire La Liberté, en 1992. Ses deux autres romans, Le Coulonneux et La belle ordure ont été respectivement lancés en 1998 et 2010. Elle est aussi l'auteure d'un recueil de nouvelles, Incidents de parcours. En 2014, elle a remporté le prix Champlain et le prix des lecteurs Radio-Canada pour son roman Un vent prodigue chez Léméac Éditeur où parait en 2017 un nouveau roman, Une terrasse en mai. Simone enseigne, à temps partiel, la langue et la littérature françaises à l’Université de Winnipeg. 

--

Article de Pamela V. Sing L'oeuvre de Simone Chaput : pour rompre avec l'exiguïté pour Liaison #165

Article de Lucie Hotte "Drame familial et quête de soi" pour Nuit Blanche #143

--

ENTREVUE AVEC SIMONE CHAPUT (2015)