Là-bas, dans la plaine

Auteur: Vartan Hézaran

Résumé

Dans un nouveau style objectal qui rappelle la neutralité mystérieuse dans l'œuvre du peintre américain Edward Hopper, Vartan Hézaran crée une intimité où la psychologie est reportée sur l'étendue désertique des plaines pour laisser avancer un quotidien qui n'aboutit pas. Les dialogues captent à merveille le rythme du Far-West canadien, affichant une planéité qui semble pousser les personnages à l'extérieur du cadre du récit.

Chaque nouvelle est captivante et chacune s'achève sans chute véritable, comme si on était devant un paysage infini, sans issu, où le bonheur apparaît sous la forme d'une limite sans cesse reportée ou repoussée. Ces nouvelles, distinctes, constituent finalement une espèce de roman où le Québec rencontre l'Ouest canadien. Y trouvera-t-il sa place ?

--

« Le rythme du Far-West canadien »
Paul François Sylvestre - www.jaipourmonlire.ca
 
En Saskatchewan, il y a du soleil, hiver comme été, et le ciel est toujours bleu. Le soleil brille sur six nouvelles de Vartan Hézaran, réunies dans un recueil intitulé Là-bas dans la plaine. L’action se déroule toujours à Swift Current, ville de quinze mille habitants, ou dans les environs.La première phrase de la première nouvelle indique un parti pris, voire une déclaration d’amour. « Ceux qui ont déjà voyagé dans la Prairie le savent : on y rencontre des gens extraordinaires. » La vie des gens mis en scène demeure pourtant assez ordinaire, surtout très authentique.Swift Current n’est pas connu comme un endroit très francophone. Les nouvelles parlent d’une école d’immersion, d’un enseignant et d’un moniteur de langue française venus du Québec. L’enseignant dit à son épouse que « la directrice ne veut pas qu’on parle français entre francophones dans la salle des professeurs… Tu es née dans cette ville, tu sais bien ce que c’est. »Dans un récit, on apprend qu’il y a deux églises catholiques, l’une dirigée par un Canadien français, l’autre par un Franco-Américain. Malgré les quatre cents familles francophones, il n’y a pas de messe dans leur langue. Lorsqu’une femme demande pourquoi à son curé, il répond « que la conclusion du Lac Meech l’en empêche » !Plusieurs scènes se passent dans le bar Big I où le patron aime dire que « même une grosse bagarre n’est rien à côté d’une chicane entre un homme et une femme ». L’auteure s’amuse à décrire un graffiti écrit en français dans la toilette des femmes : « Un homme qui prétend que sa femme est frigide est une mauvaise langue. »Les six nouvelles de Vartan Hézaran défilent sur « une route droite comme un ruban tendu qui s’enfonce dans le ciel bleu aussi loin que l’on puisse voir devant ». On y capte le rythme du Far-West canadien.


L'auteur

Détails

Éditeur: Éditions du Blé

Genre: Nouvelles

Pages: 88

Date de parution: 4 septembre 2012

ISBN (Papier): 9782923673431

ISBN (ePub): 9782923673455

ISBN (PDF): 9782923673448

Code: BLE127

Acheter sur refc.ca